éléphants à Ruaha

Le parc offre des habitats et paysages aussi beaux que variés, car il s'étage de 1500 à 4500 m d'altitude. Le Mont Meru et ses 4566 mètres (ou 4562,13, comme précise la vraiment très précise brochure TANAPA ?) dominent le parc et sa faune. Celle-ci est plus limitée pour les mammifères que celle de la plupart des autres parcs tanzaniens, notamment les lions en seraient absents et les éléphants y sont peu nombreux et parfois difficiles à observer. En revanche on peut voir facilement diverses espèces de singe, Colobes guereza, Cercopithèques à diadème, des antilopes comme Guib harnaché, dik-dik, Cobe des roseaux. Le parc abrite aussi des potamochères. La faune aviaire est riche, avec calaos à joues argentées, trogons, Touraco de Hartlaub et de nombreux oiseaux aquatiques, flamants, hérons, échassiers qui fréquentent les nombreux lacs du parc, dont les plus connus sont les lacs Momella.

Plus que le quasi-mythique big five, les paysages, avec des vues le voisin Kili (à 50 km), sur le Mont Meru, sur les lacs Momella, le cratère Ngurdoto sont un attrait majeur du parc. Le parc national a d'ailleurs été créé dans les années 1960 sous le nom de Ngurdoto National Park.

Arusha NP comporte trois zones bien distinctes :

- le secteur du Mont Meru, offert aux courageux alpinistes en cordée et aux paresseux hédonistes en 4x4 (devinez le camp que j'ai choisi...). L'escalade se fait en deux ou trois jours, obligatoirement avec un guide et un ranger armé.


- le secteur du cratère de Ngurdoto, cerclé incomplètement de deux pistes sur l'étroite ligne de crête, où nous avons débusqué les fameux Calaos à joues argentées, Bycanistes brevis, et le moins connu Touraco de Hartlaub, Tauraco hartlaubi. C'est une caldeira, un cratère effondré, une sorte de Ngorongoro miniature. Du plus haut point de la piste, à plus de 1800 m, on peut apercevoir par beau temps le Kilimanjaro. Le Ngurdoto Volcano est considéré comme éteint, les buffles qui y résident et broutent au fond de son cratère peuvent donc le faire en toute tranquillité.

On trouve à l'embranchement de la piste du cratère un petit musée, le Ngurdoto Museum. Il a vieilli et mal vieilli, les affiches et posters sont défraîchis, les couleurs sont passées, les animaux naturalisés sont empoussiérés, d'aspect mité, cela sent le manque cruel de moyens. Mais il mérite quand même une petite visite à mon avis, car notamment si l'on n'a pas de chance, on ne verra que là un Touraco de Hartlaub et puis les indications géologiques ne sont pas sans intérêt.

A la base du cratère s'étend une forêt, refuge des colobes, singes bleus et autres oiseaux, la Ngurdoto Forest.

carte du cratère de Ngurdoto Arusha NP Tanzanie

calao à joues argent ngurdoto arusha tanzanie

Calao à joues argent (ou à joues argentées, l'un ou l'autre se dit ou se disent)touraco de Hartlaub arusha np tanzanie tauraco hartlaubi

Touraco de Hartlaub sur le bord du cratère de Ngurdoto

- les lacs Momella, au nombre de 7, aubaine des flamants car ce sont des lacs salés, donc sans poisson, mais aptes au développement des algues microscopiques dont se nourrissent nos roses amis. Ils sont alimentés par des sources souterraines. On peut faire du canoé sur la lac entre les hippos (pas très nombreux, heureusement) et sous les serpents installés dans les branches dominant le lac ! Les flamants des Momella Lakes sont une des attractions, sinon l'attraction du parc, mais il serait très dommage de s'y limiter. A part les lions et guépards, absents sauf exception, et les léopards sans doute présents mais bien cachés, on peut voir dans Arusha NP la faune classique de grands mammifères des safaris : éléphants (peu nombreux, personellement, nous n'avons vu que leurs bouses reconnaissables entre toutes...), girafes, zèbres, buffles, chacals, hyènes, guibs harnachés, impalas et antilopes diverses. Une plaine dégagée du parc ne s'appelle-t-elle pas le Srengeti Ndongo, "Little Serengeti", le petit Serengeti ?

Le Lake Nongil est le seul lac non salé du parc, donc avec des poissons, notamment des Tilapia sp. mais donc avec pas d'algues (ou beaucoup moins) donc pas de flamants. C'est le rendez-vous des buffles et cobs qui trouvent pour s'y abreuver une eau non saumâtre. On y voit des ilots flottants constitués de papyrus et de roseaux qui se déplacent sous l'action du vent.

flamants roses à Momella Lake Arusha NP Tanzanie

Hébergements

Il n'y a pas de lodge dans le parc, juste des Campsites, qui sont, en passant, les meilleurs endroits pour surprendre les magnifiques trogons, un des objectifs manqués de notre safari à Arusha. Une bonne raison d'y revenir ! Nous avons logé au Hatari Lodge, près de Momella Gate. Comme son nom ne l'indique pas, John Wayne n'y a mis les pieds qu'en affiche.

john wayne hatari arusha np

Le célèbre nanar a été tourné à Momella Lodge, qui était alors une exploitation agricole. Mais c'est un acteur du film, l'allemand Hardy Krüger qui est tombé amoureux de la Tanzanie et de la région du parc et qui a édifié Hatari comme ferme et lieu de résidence familiale. Hatari a été ensuite reconverti en lodge. L'ambiance allemande persiste, on voit que tout est réglé au quart de poil, avec une discipline impeccable. La clientèle est d'ailleurs en grande partie germanophone. Une terrasse en bois domine le marais environnant, girafes et phacochères viennent à proximité, on peut observer un troupeau de buffles au loin, les vervets s'aventurent à la recherche de miettes, il y a de l'ombre, bref, un poste d'observation idéal un gin tonic à la main et les jumelles dans l'autre :=) ! Un établissement très recommandable !

hatari lodge arusha NP Tanzanie terrasse hatari lodge arusha NP Tanzanie vervets

L'alternative, du même côté du parc, est Momella Lodge, avec une capacité d'hébergement bien supérieure aux 9 bungalows d'Hatari, 150 lits ! Ce qui n'est pas toujours un avantage quand on veut fuir la foule...

Vu la proximité de la ville, il est possible d'envisager un hôtel à Arusha. On se prive quand même ainsi du lever de soleil sur le Meru, ce qui est dommage. On ne roule habituellement pas de nuit en Tanzanie, le risque d'accident ou d'incident est en effet bien plus élevé quand l'astre du jour ne brille que par son absence... Mais cela peut permettre d'occuper une journée ou une demi-journée de transit par exemple, même si je pense que deux jours sur place sont tout à fait raisonnables. Nous avons fait un safari de quatre jours à Arusha NP en 2010. Nous n'avons pas vu de lions, nous n'avons vu que des traces, empreintes et bouses, des gros gris, et surtout nous n'avons pas vu de trogons, notre grand et seul regret. Nous reviendrons sans doute un jour, et en campsite pour mettre toutes les chances de notre côté !