éléphants à Ruaha

Mes remerciements vont tout d'abord à nos hôtes kenyans, sénégalais et tanzaniens, qui ont su préserver la faune de leurs beaux pays. Certes beaucoup mieux à l'Est, dans les anciennes colonies anglaises, qu'en Afrique de l'Ouest où nous n'avons pas su ou voulu du temps de la colonisation mettre en place les bases d'une protection efficace de la nature, parcs, réserves, administration. Mais nous avons rencontré au Sénégal des gardes et des administrateurs qui nous ont montré leur forte implication dans la protection de la nature.

 Actuellement, partout en Afrique, le combat n'est pas gagné, qui oppose souvent les besoins vitaux d'une population humaine grandissant exponentiellement et les impératifs de conservation de la grande faune sauvage : espaces libres, sans clôtures, absence de braconnage, contrôle de la chasse,  exploitation raisonnée des pâturages et des ressources en eau, mesures de protection contre les maladies transmissibles par les animaux domestiques (rage, maladie de Carré). Mais l'oeuvre de visionnaires comme le Mwalimu Nyerere a été reprise et bien reprise par des successeurs qui, avec leurs moyens, luttent de toutes leurs forces pour préserver ces trésors en péril. Nous remercions les politiques, quand ils prennent les bonnes décisions ou s'abstiennent de prendre les mauvaises (Serengeti Highway ?), les scientifiques et les administrateurs, les rangers, les ONG comme le WWF ou la Zoologische Gesellschaft Frankfurt (celle du Dr Grzimek).

ranger et voiture WWF Udzungwa faune sauvage 

L'accueil chaleureux, l'aide avisée des guides et chauffeurs, leur bonne humeur constante, leur courage au fil des longues heures de conduite et de guet, leurs yeux d'aigle, leur connaissance de la faune sont bien plus qu'une aide précieuse, ce sont les conditions indispensables de la réussite de nos safaris photo. Ally, Oscar, Ernest, Daniel et tous les autres, nous ne vous remercierons jamais assez pour tout ce que vous nous avez apporté.

Enfin, last but not least, je remercie Joomla, CMS super bien ficelé et d'utilisation simple et pratique. Surtout avec l'aide, indispensable pour moi, de la société de création de sites Web  NOVYDEL sans laquelle ce site n'existerait pas. Maquette, mise en ligne, sauvegarde, et toujours avec le sourire malgré le boulet, et de quel poids, que je suis et que Yvon Delbecque s'est traîné avec toute la gentillesse et l'indulgence du monde...

 Par ailleurs photographe de grand talent, tel est Yvon Delbecque, toujours près du client, toujours prêt à le bichonner, toujours sérieux...

yvon bl masai mara

Masai Mara, voiture embourbée. Nous aussi...

Parcs et réserves

Ngorongoro Conservation Area et cratère

Cratere du ngorongoro tanzanieNgorongoro

Quand on parle du Ngorongoro, c'est généralement au cratère que l'on pense. Le cratère du Ngorongoro est le diamant ou plutôt l'émeraude de la Tanzanie. Avec plus de 400 000 visiteurs par an, c'est la première des trois destinations touristiques naturelles les plus fréquentées du pays, les deux autres étant le Serengeti et le Kilimandjaro. Il est le point culminant (si j'ose dire...) de l'Aire de conservation du Ngorongoro, Ngorongoro Conservation Area.

Lire la suite...

Ruaha NP

 

Ruaha National Park TanzanieRuaha National Park

Le parc national de Ruaha a d'abord été une réserve de gibier, la réserve de Saba créée en 1910 puis un Parc national en 1964. Ruaha a longtemps été le deuxième parc national de Tanzanie en superficie, juste derrière le Serengeti. Le projet d'extension du Grand Ruaha était évoqué de longue date, mais il n'a été achevé qu'il y a peu, le propulsant au premier rang.

Lire la suite...

Mikumi NP

Mikumi NP Tanzanie

Mikumi

Avec 3230 km², Mikumi, érigé en parc national en 1964 est le cinquième parc de Tanzanie en taille, juste un peu moins grand que Mkomazi. Il est adjacent au sud et à l'est à la partie de la réserve du Selous interdite à la chasse. Situé à moins de 300 km et moins de quatre heures de route de Dar Es Salam, Mikumi NP est le plus fréquenté des parcs du sud tanzanien.

Lire la suite...