éléphants à Ruaha

En descendant de la "Table ronde", nous repérons le troisième serval de la journée ! Au tour d'une belle outarde, l'Outarde à ventre noir, Eupodotis melanogaster (Black-bellied Bustard). Nous repérons ensuite deux avocettes. Nous entrons dans la forêt de Lerai. C'est une forêt où domine l'arbre à fièvre, Acacia xanthophlea (Fever-tree ou Yellow-barked Acacia) facilement reconnaissable à son tronc jaune. Sa présence signale celle de moustiques transmetteurs de différentes maladies, dont le paludisme, principal fléau de l'Afrique avec le SIDA. Nous croisons d'abord un insolite rassemblement d'espèces : un cobe à croissant mâle, noblement couché tête levée et cornes en valeur, sa femelle couchée à l'ombre, un aréopage simiesque (des babouins) et un guib harnaché (une dame bushbuck, sans corne) en train de brouter sans peur près de nos cousins (les babouins ne dédaignent pas la chair fraîche et sont capables de tuer un herbivore pas trop gros, surtout s'il est jeune ou/et affaibli). Plus loin nous rencontrons une petite bande de vervets perchés.

Outarde

Nous nous arrêtons dans la forêt de Lerai pour pique-niquer. Dans le cratère du Ngorongoro, seuls deux endroits sont aménagés en aire de pique-nique avec point d'eau et toilettes (apporter son papier peut être souhaitable), l'un dans la forêt avec des singes qui ne rêvent que de voler votre nourriture, l'autre au bord d'un petit lac avec des milans qui ne rêvent que de voler votre nourriture. Il est interdit de descendre de voiture en tout autre lieu, comme dans la plupart des parcs de Tanzanie.

Les vervets sont très peu timides et mendient effrontément quand ils n'essaient pas de se servir eux-mêmes ! Comme pour tous les animaux dans les parcs et réserves il est interdit de les nourrir. Dans leur cas, c'est d'ailleurs dangereux, car ils peuvent mordre et le risque de contamination par le virus de la rage n'est pas exclu en cas de morsure.

Ally, prévoyant, a chargé table et chaises pliantes, et n'a surtout pas oublié le thermos de café, en fait d'eau très chaude, nous y rajouterons l'excellent café instantané tanzanien pour siroter notre drogue préférée. Le pique-nique du Seronera est plutôt entre médiocre et passable comme le sont le plus souvent les pique-niques des lodges, d'après notre expérience, seuls les pique-niques des camps sont de qualité entre très acceptable et excellente. Même médiocre, notre repas attire la convoitise de nos cousins simiens ! Ils sont moins voleurs que les milans qui dérobent dans les mains des touristes imprudents sandwiches et biscuits, au risque de les blesser. Seule parade contre les milans, manger ou dans la voiture, ou à l'abri de la portière ouverte, ce qui décourage leurs vols (ô combien) en piqué (ô combien). Pour les vervets, il suffit de ne pas laisser la nourriture sans surveillance et de gronder les plus hardis, une sinécure ! c'est vrai qu'il est dur de résister, ils sont tellement mignons ! Disons qu'au moment de jeter les déchets, un morceau de gâteau sera malencontreusement tombé à terre, et glissons.

En sortant de la forêt, nous rencontrons un grand mâle solitaire aux défenses impressionnantes. Le cratère ne reçoit que des mâles, pas de dames Babar ni de totos (enfants, jeunes en swahili) éléphants, les pentes sont trop rudes pour eux et le territoire (270 malheureux km² !) est d'ailleurs trop limité pour bien nourrir la famille matriarcale de dix à vingt trompes qui est la règle chez nos pachydermes préférés.

éléphant au Ngorongoro

Pour atteindre la remontée, nous passons par la forêt de Lerai et ses arbres à fièvre à l'écorce bien jaune.