Index de l'article

Selous Game Reserve/Nyerere National Park

Frederick Courtney Selous GR/Nyerere NPPlus grand que la Suisse avec 54 600 km², deux fois plus grand que le Danemark, le Selous GR/Nyerere NP Game Reserve, la Réserve de gibier du Selous GR (je préfèrerais le terme de Réserve de faune du Selous GR mais c'est souvent traduit en français par Réserve de chasse du Selous...) doit son nom à Frederick Courteney Selous GR/Nyerere NP (31.12.1851-04.01.1917), chasseur et guide réputé, héros britannique tué au Tanganyika pendant la Grande Guerre. La réserve a été amputée en 2019 de plus de 30 000 km2 attribués à un nouveau parc national, le Nyerere NP.  

Pour la plupart, les informations et renseignements sur le Selous Game Reserve sont applicables  au Nyerere National Park qui en est issu

selous gravure 4769Frederick Courtney Selous GR

Selon les sources F.C. Selous est ou d'une famille d'origine jersiaise dont le nom Slow a été francisé au 17e siècle, ou d'une famille française huguenote nommée Selous qui a fui la France à la révocation de l'Édit de Nantes. Dans les deux cas, cela explique sans doute la prononciation sans le s final. Car on devrait prononcer Sélou, sans le s final "pronounce: seloo with final "s" silent", même si les Chamber's et Webster's Biographical Dictionary ne suivent pas l'avis du BBC Pronunciation Advisor. Avis qui est conforme à l'usage des Tanzaniens, ce qui me paraît le plus important, donc Sélou et pas Sélousse !
Arrivé en Afrique à 19 ans, il était vite devenu un chasseur accompli. Il aurait tué 1000 éléphants, mais il n'a pas été que chasseur, il a aussi écrit des livres naturalistes et a pris des mesures en faveur de la préservation de la nature. Ses livres l'ont rendu célébre, il a été considéré par ses contemporains comme le "Buffalo Bill africain". Il a notamment servi de guide à Theodore et Kermit Roosevelt dans leur expédition de collecte d'échantillons pour l'American Museum of Natural History (11 000 spécimens rapportés, près de 500 grands mammifères abattus) en 1909. Et c'est ainsi que Selous a servi de modèle au héros de Rigger Haggard, Allan Quatermain (et plus tard à Indiana Jones ?).
Il s'est engagé dans les troupes britanniques comme capitaine pendant la Première Guerre mondiale, il a été décoré de la D.S.O (Distinguished Service Order) en 1916 et il a été tué à 66 ans d'une balle dans la tête le 4 janvier 1917 lors d'un affrontement de son régiment, le 25th Royal Fusiliers, avec les troupes allemandes au nord de la réserve de chasse (région de Beho Beho). Il fut enterré en héros sur le lieu même de son décès. Sa tombe qui a été réhabilitée par le gouvernement tanzanien se visite, elle est située près du lac Tagalala, non loin de Beho Beho.

Vous pouvez voir ci-dessous les photos de F.C. Selous et de sa tombe :

 

               selous grave 1010068selous tombe 9426

La réserve de gibier de Selous GR/Nyerere NP

C'est sous le Kaiser Guillaume II  en 1896, quand le Tanganyika était une colonie allemande, que fut créée  une réserve de chasse à l'emplacement de l'actuel Selous. En 1912 sa surface fut augmentée en trois réserves adjacentes, Mahenge, Mohoro et Matendu. Et c'est en 1922 que le nouveau colonisateur britannique unifia les trois réserves en une seule nommée Selous en mémoire de F.C. Selous GR. Jusqu'en 1945 la réserve fut habitée par des chasseurs, pêcheurs et des cultivateurs itinérants appartenant aux tribus locales, Wangindo, Wapogoro et Warufiji. Le peuplement était faible en raison de la pauvreté des sols et de la présence en nombre de tsé-tsé vecteurs de la trypanosomiase (Maladie du sommeil). Entre 1945 et 1947 les habitants furent déplacés hors de la réserve officiellement pour leur éviter la trypanosomiase après des épisodes épidémqiues. Après l'indépendance et l'union du Tanganyika avec Zanzibar, en 1964 le gouvernement tanzanien équipa la réserve de milliers de kilomètres de pistes, d'aéroports et de ponts. Beaucoup de ces infrastructures sont actuellement en mauvais état. 

Seulement (sic) 2 500 km2 au nord de la Rufiji River étaient initialement réservés à la chasse photographique. C'est quand même la superficie du Luxembourg. Mais cette surface a été pratiquement doublée pour arriver à 10 % de la surface totale de la réserve. Et un autre territoire de 3 000 km2 au sud de la réserve, Lukula, a aussi été retiré à la chasse et concédé à une compagnie Great Plains, qui visait la conversion de cette zone de chasse au trophée en territoire de chasse photo. Faute de pistes, on y pratiquait surtout safari à pied et en bateau et le succès du projet n'est pas assuré. En 2014 il semble même abandonné, sauf erreur...

Mais ce n'est pas à la pêche qu'est consacrée la plus grande partie de la réserve, mais à la chasse. Chasse à l'éléphant, au lion et au buffle principalement. En 1998 il avait été abattu 115 lions contre 53 "seulement" en 2008.

En juillet 2019, à l'occasion de la pose de la première pierre du barrage des Gorges Stiegler sur la Rufiji,  le président de la Tanzanie a décrété la scission de la réserve avec affectation de 30 893 km2 pour la création du Nyerere National Park. Le Nyerere NP comprend bien évidemment toute la partie réservée à la chasse photo, mais il en fait plus de trois fois la surface avec l'annexion de 40 blocs de chasse. Les blocs de chasse restants au nombre de 10 sont situés à l'est de la réserve, dans les secteurs de Kingupura et Miguruwe.
Ci-dessous carte de la Zoologische Gesellschaft Frankfurt qui met en œuvre un projet de protection de la nature au Selous GR/Nyerere NP.

selous carte 4763Écosystème

Le Selous GR couvre plus de 50 000 km², et il est également bordé de zones (plus ou moins) protégées : les deux parcs nationaux de Mikumi au Nord et Udzungwa au Nord-Ouest, la Game Reserve de Kilombero (5 300 km²) à l'Ouest et huit "Open Area" qui couvrent près de 35 000 km². Les Open Areas permettent l'habitation et la chasse par les habitants, les Game Reserve (comme Selous GR/Nyerere NP) interdisent le peuplement, seuls sont autorisés les hébergements et la chasse "touristiques". L'ensemble de ces zones protégées constitue ainsi un écosystème du Selous GR/Nyerere NP estimé entre au minimum 73 000 et au maximum 92 000 km². Le survol aérien pratiqué en 1989 a permis de donner la valeur (si précise !) de 78 560 km² !

Comme la plupart des autres parcs et réserves parcourus par une rivière, le Selous GR/Nyerere NP comporte des marais, des plaines inondables, mais il a aussi de nombreux lacs qui correspondent à des bras morts de la Rufiji River. Celle-ci est le plus grand fleuve d'Afrique de l'Est, elle traverse la réserve d'ouest (sud-ouest) en est (nord-est), partant des 1 300 m des Monts Mbarika pour déverser 800 m3  (en moyenne) par seconde dans l'Océan Indien en face de l'île de Mafia. Elle a notamment comme affluents la Great Ruaha River et la Luwego River. Le contraste entre la rivière Rufiji qui coule toujours, même en saison sèche, et le désert aride qui l'entoure est énorme, les arbres secs qui paraissent morts renaissent en fait avec l'arrivée des pluies en mars et novembre. La Rufiji passe dans les célèbres Gorges de Steigler qui étaient jusqu'à maintenant un lieu d'excursion assez habituel.

C'est là qu'est construit depuis 2019 un barrage hydro-électrique, le Stiegler's Gorge Hydroelectric Power Station qui devrait être achevé en 2022. Ce barrage de 134 m de haut, qui sera construit par une société égyptienne (ou chinoise ?) avec des crédits chinois, devrait coûter 10 milliards de dollars contre les 3,5 milliards prévus. Il procurera certes une énergie très bienvenue à la Tanzanie avec une production de 2 100 Mégawatts mais en plus d'endetter très fortement et durablement la Tanzanie et de la rendre dépendante de ses débiteurs, il noiera 1 350 km2 de la réserve sous 35 millions de m3 et bouleversera aussi toute la vie en aval de la rivière, notamment la mangrove de son delta, qui est actuellement la plus grande au monde. 

Végétation

 Le Selous GR/Nyerere NP compte plus de 2 100 espèces végétales. La forêt miombo (constituée en grande partie d'arbres du genre Brachystegia, dont le nom swahili est... miombo, et d'arbres du genre Julbernardia couvre près de 75 % de la surface de la réserve. Ce sont des arbres sans épines et à feuilles caduques. La forêt miombo "sèche" présente la particularité d'être grise et comme morte en saison sèche et flamboyante et verdoyante en saison humide ! Elle est régulièrement "dévastée" par les éléphants qui y tracent de larges saignées et y créent des clairières. En fait, leur rôle est écologiquement utile (la nature est bien faite, tant que nous ne lui mettons pas de bâton dans les roues !) car ils permettent aux autres animaux de coloniser la forêt et ils contribuent à ce que celle-ci ne s'auto-étouffe pas et n'épuise pas les sols... Les autres essences d'arbre sont des genres Dyplorhynchus en sous-bois en zones denses et Combretum, dans les espaces plus ouverts, il y aussi quelques palmiers doums et borassus.  Il existe aussi des zones boisées à épineux, principalement Acacia drepanolobium et Terminalia spinosa aux noms évocateurs. D'autres types de végétation sont rencontrés, prairies inondables, forêt riveraine, "chipya" : prairie boisée avec des espèces résistant au feu, des herbes hautes, voire très hautes, parfois plus de 2 mètres et "mbuga" plaines inondables à herbes courtes et au sol noir, black cotton soil, très difficile à franchir lorsqu'il est imbibé d'eau. Les incendies naturels sont fréquents en saison sèche et touchent particulièrement le miombo.
Les prairies ont comme graminée dominante Panicum infestum, un nom évocateur, s'pas ? Des incendies naturels se produisent chaque année en fin de saison sèche et touchent les herbes sèches et hautes des plaines inondables, il faut dire que certaines  graminées, "tussock grass", herbes en touffes, peuvent monter jusqu'à trois mètres ! Elles sont ainsi, comme la forêt miombo, impénétrables à quiconque n'est pas un éléphant ! 


carte selous ccarte selous safari 

                                                              La partie "chasse photo" avant 2019 de la réserve (en jaune). Les blocs de chasse passent eux de 40 à 10 en 2019

rufiji river

Grande faune du Selous GR/Nyerere NP

Selous GR/Nyerere NP est sans doute avec Mana Pools au Zimbabwe l'endroit d'Afrique où l'on a le plus de chance de rencontrer des lycaons et rien que cela devrait en faire une destination obligatoire pour les amoureux de la faune africaine ! Le Selous GR/Nyerere NP compterait plus du quart de la population mondiale de lycaons qui est estimée à 3 000 têtes.
Les antilopes, bushbucks, koudous, lions, éléphants et autres girafes fréquentent régulièrement les rivages. La population d'éléphants s'était reconstituée, après avoir chuté en moins de dix ans de plus de 100 000 en 1980 à  30 000 en 1989. Elle ne serait plus que de 15 000 en 2015 ! La chasse officielle fait des prélèvements limités et raisonnés et est censée réduire très fortement le braconnage, qui malheureusement semble reprendre de l'ampleur avec des autorités qui fermeraient les yeux pour approvisionner en ivoire la valise diplomatique d'un très grand pays d'Asie. Il faut dire qu'un certain nombre de blocs de chasse n'ont pas été attribués et sont tombés en déshérence, facilitant l'activité des braconniers. Du fait de la chasse, autorisée ou non, les animaux, même dans la partie "photographique" sont plus méfiants et moins faciles à approcher que dans le Nord tanzanien.

Les lions du Selous ont des crinières peu fournis et un corps au poil rare et court, sans doute du fait de la chaleur. Cela ne concerne pas que les 4 000 (?) lions, d'autres mammifères comme les gnous du Selous GR/Nyerere NP, les buffles (on a parlé de 150 000 et même de 200 000) sont également bien peu poilus ! Et je ne parle pas des 40 000 hippos ou des 50 à 60 000 éléphants (précédemment d'après l'UNESCO 106 300, c'est précis, non ? en 2020 on peut craindre de devoir diviser ce nombre par 8 ou 10), la plus forte concentration d'Afrique :) ! La faune de mammifères comporte aussi zèbres, hippotragues noirs, impalas, , grands koudous, bubales, girafes, phacochères, élands du Cap, cobes de diverses espèces, hyènes, etc. et même il y aurait quelques très rares guépards. Quant aux aussi très rares rhinocéros dont le braconnage a réduit le nombre de plus de 3 000 en 1981 à environ 200 (ou moins ?), leur éparpillement dans les zones non touristiques interdit presque tout espoir de les voir dans le Selous GR/Nyerere NP.

Outre sa large population d'hippos, de crocos et d'oiseaux aquatiques, pêcheurs ou limicoles, la Rufiji est riche en poissons et peut donner lieu à d'exotiques parties de pêche. 

Oiseaux du Selous GR/Nyerere NP

En dehors des lycaons et des éléphants qui ont fait sa célébrité internationale (sa célébrité nationale tient plutôt à ses lions mangeurs d'homme), le photographe de piafous ou l'ornithologue peuvent se régaler au Selous GR/Nyerere NP. En effet, avec plus de 440 espèces, l'avifaune est richement représentée et facilement observable, particulièrement de novembre à mars où les amateurs peuvent bénéficier et des plumages nuptiaux des piafous résidents car c'est leur période de nidification et de la présence des migrateurs venus du paléarctique occidental. Parmi les migrateurs "intéressants", on peut citer le superbe Guêpier carmin, Merops nubicoides, Southern Carmine Bee-eater, présent entre décembre et avril. On peut rencontrer des espèces rares ailleurs en Tanzanie comme la Pintade de Pucheran, Guttera pucherani, avec sa coiffure de punk... Le Selous/Nyerere est aussi le lieu idéal en Tanzanie pour voir (presque) à coup sûr le Guêpier de Böhm, Merops boehmi, Böhm's Bee-eater, qui niche notamment dans les rives sableuses près du Rufiji River Camp. Ce serait aussi le seul endroit de Tanzanie où l'on peut voir la Glaréole auréolée, Glareola nuchalis, Rock Pratincole (si l'on a de la  chance, en cinq safaris nous n'en avons jamais vu). C'est aussi un bon choix pour observer le Bec-en-ciseaux d'Afrique, Rynchops flavirostris, African Skimmer, qui écume/écrème la surface des lacs de... son bec en ciseaux, en bon Skimmer qu'il est.  Les safaris en bateau sur la Rufiji sont particulièrement intéressants pour l'amateur de piafous, avec divers hérons, dont le Héron goliath, Ardea goliath, Goliath Heron et divers martins-pêcheurs, dont le Martin-pêcheur géant, Megaceryle maxima, Giant Kingfisher. Une liste de 2003 des oiseaux observables dans la réserve/le parc peut être consultée ici

pucheran PINTADE MG 8969 77194 800 534 100

Wildlife Corridor Selous GR (Nyerere NP)-Niassa

selous niassa info SELOUS NIASSA CORRIDORAussi grande soit-elle, la réserve de gibier du Selous GR/Nyerere NP (ou le parc national Nyerere) ne l'est pas assez pour que nos dizaines de milliers d'amis pachydermes satisfassent leurs désirs de bougeotte ! Eh oui, malgré ses 52 000 km2 les éléphants se sentent parfois à l'étroit dans la réserve ! Un corridor la reliant au Mozambique leur a donc été alloué, le Selous GR/Nyerere NP Niassa Wildlife Protection Corridor qui agrandit donc leur déjà conséquent territoire de jeu de 42 000 km2 (plus les 17 000 du corridor lui-même). Ce couloir, qui permet leurs déplacements entre la Niassa Game Reserve au Mozambique et le Selous GR/Nyerere NP, a été à l'étude pendant de nombreuses années et a enfin été mis en service. Il fait 60 km de large et l'on a pu constater qu'il était emprunté non seulement par les éléphants mais par beaucoup d'autres herbivores, et même par des espèces réputées sédentaires comme les grands félins.

Cette bonne nouvelle est hélas compensée par les menaces qui pèsent sur la réserve : la construction du barrage sur la Rufiji et l'exploitation minière au sud de la réserve (mines d'uranium). Comme signalé plus haut, l'UNESCO a émis des observations sur ces projets qui menacent la pérennité de l'inscription du site au Patrimoine mondial de l'Humanité. Le braconnage a hélas repris ces dernières années, avec de hautes complicités, semble-t-il... et une exportation vers l'Asie, on a parlé de la valise diplomatique d'un pays asiatique très influent en Afrique.

Affaire à suivre !


Climat et quand visiter ?

L'altitude du Selous GR/Nyerere NP n'est pas très élevée, entre 110 et 1250 m. Peut-être pour cette raison, il fait très chaud au Selous GR/Nyerere NP en été austral (notre hiver), et pas mal chaud en hiver austral (notre été, vous aviez compris). Les lodges et camps sont fermés de mars à juin, pendant la saison des pluies. Sans doute en raison de la chaleur, les lions du Selous GR/Nyerere NP sont particulièrement peu riches en poils et crinières !

Le climat du Selous GR/Nyerere NP est marqué par l'existence d'une saison sèche, en principe de juin à octobre, mais il arrive que cette saison se prolonge. En janvier 2006, il avait anormalement peu plu en novembre et décembre et la végétation était brûlée, les hippopotames erraient loin de la rivière en plein jour sous le soleil ardent à la recherche de nourritures, les cadavres d'animaux morts de faim, girafes et hippopotames étaient tellement nombreux que les charognards, hyènes et vautours, s'en désintéressaient. En janvier 2007, tout était vert, il pleuvait beaucoup, et les hippos étaient gras comme jamais ! Cela pour dire que d'une année sur l'autre, les changements climatiques peuvent être considérables.

Le tableau suivant, inspiré de Weather2travel.com, donne une bonne idée de ces deux saisons. D'autres sources offrent des données différentes, mais le principal demeure ces deux divisions, saison des pluies de novembre à mai et saison sèche de juin à octobre, avec des mois d'hiver (été austral) chauds.

Climat du Selous GR/Nyerere NP Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Température Min-Max 23-32 23-32 22-32 22-31 20-30 18-29 17-29 17-29 19-31 20-32 22-33 23-32
Heures de soleil par jour 7 8 7 6 6 7 7 7 8 8 8 8
Précipitations en mm 143 139 219 311 123 23 15 12 33 38 110 131
Jours de pluie 14 10 16 16 9 3 3 3 2 4 8 15

Quand aller au Selous GR/Nyerere NP ?

Pour l'observation de la grande faune, la meilleure période est la saison sèche, avec des animaux plus concentrés autour de la Rufiji et des lacs et une végétation moins exubérante qu'en fin de saison des pluies. Les pistes seront moins facilement praticables en saison des pluies même si beaucoup sont suffisamment caillouteuses/rocheuses pour ne pas devenir un marécage infranchissable... Pour l'observation des oiseaux, les mois de notre hiver offrent la présence des oiseaux migrateurs du paléarctique occidental et seront donc à privilégier. Les mois les plus pluvieux, de mars à mai, sont classiquement déconseillés.

Pourquoi un safari au Selous GR/Nyerere NP ?

Un safari au Selous GR/Nyerere NP est une expérience unique. La partie de la réserve consacrée au safari observation/photo accueille environ 2000 touristes par an (chiffre 2008), moins d'un par an et par km² ! Les paysages grandioses ou/et désolés de forêt miombo, de rivière, de bush, la chaleur parfois accablante, les concentrations d'hippopotames donnent des sensations très différentes de celles des safaris classiques kenyans ou nord tanzaniens.
Voilà un slogan qui le ferait, "le Selous GR/Nyerere NP, des safaris qui dépaysent les safaristes", s'pas ? Pour bien l'apprécier, je conseille d'y séjourner au moins 4 ou 5 nuits.
Un safari au Selous GR/Nyerere NP, c'est l'assurance de ne pas être avec tout le monde, de faire partie des "happy few". Et c'est au Selous GR/Nyerere NP que l'on a le plus de chance en Tanzanie d'observer des lycaons, de voir des éléphants traverser une rivière et de pouvoir faire les trois types de safaris en voiture, à pied ou en bateau (il manque juste, pour le moment, montgolfière et ULM).

Types de safaris au Selous GR/Nyerere NP

Les camps et lodges peuvent vous organiser des safaris à pied, accompagnés obligatoirement d'un ranger armé. Plus classiquement, ils proposent des game-drives, safaris en 4x4. Ceux-ci sont dépourvus de portes et ont un toit en toile, donc pas de toit ouvrant, l'appui sur un bean-bag pour les photos est donc à oublier. Avec un long télé (600 ou 800 mm) il ne reste plus qu'à bricoler un système de sangle accroché à un montant du toit (quand le toit existe, ce qui est généralement le cas) ou à se caler sur son genou si l'on a négligé de se munir d'un monopode. On peut aussi utiliser un trépied si l'on a de la place, beaucoup de place...
Les promenades en bateau (à moteur hors-bord) sur la Rufiji sont un must, à vous les innombrables hippos, peu/pas agressifs même si l'un d'eux a heurté le fond de notre embarcation, sans dommage (elle était en alu, lourde et stable, et il y avait 5 personnes à bord). Les crocodiles évidemment, mais aussi les hérons de toute sorte, les martins-pêcheurs de différentes espèces, les pygargues vocifères font partie du paysage habituel de la rivière. Des pique-niques sur le bord de la rivière, à des endroits choisis avec soins, crocos et hippos obligent, sont l'occasion de passer une bonne partie de la journée au ras de l'eau, mais pas forcément au frais. Attention, certains camps ne proposent pas de sorties sur la Rufiji River mais sur des lacs, ce qui est beaucoup moins intéressant, pour ne pas dire pas intéressant.

La réserve de gibier de Selous, barrage, mines, WWF et UNESCO

Comme l'aire de conservation du Ngorongoro et les parcs nationaux du Kilimandjaro et du Serengeti, la Selous GR/Nyerere NP GR est inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO, et ce depuis 1982. On peut consulter la fiche UNESCO du Selous GR/Nyerere NP  ici. Elle répond bien aux critères définis par l'UNESCO pour qualifier un site naturel :
vii)représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles ;
(viii)être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification ;
(ix)être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d'animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins ;
(x) contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation.

Ce classement est hélas remis en question en 2013. La réserve pourrait être classée comme "patrimoine mondial en péril" si l'état tanzanien ne prend pas des mesures efficaces contre le braconnage des éléphants, persiste dans ses projets de barrage sur la Rufiji à la Gorge de Stiegler, ne limite pas et ne compense pas les conséquences de l'exploitation de la mine d'uranium de Mkuju et d'une manière plus générale toutes les conséquences du développement, celles des routes, des infrastructures, de l'agriculture... Ainsi le Comité du patrimoine mondial a édicté en 2013 :
[...]
-Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial,d’ici le1er février 2014,un rapport d’étape sur l’application de ce qui précède, ainsi qu’un rapport d’état sur la mise en œuvre de la décision 36 COM 8B.43, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e saison en 2014,en vue de prendre en considération, dans le cas de la confirmation d’un danger potentiel ou certain, l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Et en 2014, l'UNESCO a effectivement appliqué l'article 11.4 de la convention en plaçant le Selous GR sur la "Liste du patrimoine mondial en péril" en raison principalement du braconnage qui a drastiquement réduit la population d'éléphants, du projet de mines d'uranium, de barrage sur la Rufiji.  Parmi les reproches persistants de l'UNESCO, ceux-ci en 2015 :

"Déclin significatif des populations d'animaux sauvages dû au braconnage
Un financement et une gestion insuffisants
Prospection et exploitation des minéraux et des hydrocarbures
Gestion et développement du tourisme 
Proposition de développement d'un barrage

Opérationnalisation du projet d'extraction d'uranium
Manque de préparation aux catastrophes
Nécessité d'une zone tampon
Nécessité d'une participation accrue des communautés locales
Espèces exotiques envahissantes"

Le "Stiegler's Gorge Hydroelectric Power Station", c'est un barrage de 134 m de haut qui sera construit par une société égyptienne avec un financement chinois pour un coût qui est passé de 3 à 10 milliards de dollars. Il procurera certes une énergie non génératrice de carbone à la Tanzanie mais il générera une dette (chinoise) qui pourrait placer le pays sous dépendance et ouvrir la voie à une exploitation non mesurée de ses ressources naturelles aux dépens de la nature. Le WWF a établi une étude très documentée et très critique de ce projet de barrage, elle peut être consulté et téléchargé ici.

En 2019, l'UNESCO décide de maintenir le Selous sur la liste du patrimoine mondial en danger.

Et la touche finale, ne serait-ce pas la décision d'amputer la réserve de 30 893 km2 pour créer le parc national Nyerere ? Et ce après avoir déjà retiré de la réserve le territoire de la mine d'uranium de Mkuju. Cela ne répond pas vraiment aux desiderata de l'UNESCO ou du WWF, de plus il est à craindre que l'opération ne conduise pas à un parc Nyerere bénéficiaire, alors que la réserve de chasse était correctement rentable (elle rapportait 6 000 000 $), du moins avant l'interdiction par les U.S.A. de l'importation de trophées... Autre affaire à suivre...


Accès au Selous GR/Nyerere NP

La Rufiji traverse le parc d'ouest en est en passant par les fameuses gorges de Stiegler, elle contribue à l'aspect caractéristique du Selous GR/Nyerere NP vu du ciel, car elle se décompose en de multiples méandres, bras morts, qui forment des lacs et des marécages. Le Selous GR/Nyerere NP est bordé au nord par le parc national de Mikumi, qui a moins de caractère mais qui est plus accessible en moyen de transport (accès par la route envisageable à partir de Dar) et en prix...
L'accès au Selous GR/Nyerere NP peut se faire en train ou par la route. Depuis Dar Es Salam, il faut compter au minimum trois heures de route goudronnée et deux heures de piste. Et il faut rajouter selon la circulation une ou deux heures depuis l'aéroport de Dar Es Salam. C'est souvent l'avion qui est employé. C'est le moyen le plus pratique, le train ne pénètre pas la réserve et le voyage par la route est long et peut être pénible, voire quasi impossible en cas de fortes pluies. Attention, en avion les sacs souples sont obligatoires, pas de valises ou sacs rigides, et le poids total des bagages, de soute et de cabine, est de 15 kg par personne (théoriquement, car les contrôles sont le plus souvent assez peu stricts en partant de Dar Es Salam ou Arusha et si besoin, d'après notre expérience, des arrangements sont possibles).
Les tarifs Coastal en 2019 étaient de 175 US $ au départ de Dar Es Salam et de 445 US $ au départ d'Arusha. Consultez le site de Coastal pour les informations complémentaires qui vous seraient utiles.

Hébergements au Selous GR/Nyerere NP

Sand Rivers Selous 

C'est pour nous un hébergement parmi les plus agréables de Tanzanie. Et avec le climat du Selous GR/Nyerere NP, sa piscine est très bien venue...
Sand Rivers Selous appartient au groupe Nomad Tanzania, qui possède également, entre autres, Greystoke dans le parc national de Mahale, Chaada dans le parc national de Katavi et également des camps de safari itinérant dans le Serengeti. Il faut obligatoirement passer par un voyagiste pour les réservations. Sand Rivers est considéré comme le meilleur lodge du Selous GR/Nyerere NP. Situé sur la rive de la Rufiji et surplombant la rivière, le lodge offre 8 grandes bandas largement ouvertes sur la rivière, un grand mess avec coin bibliothèque, une piscine. Une extension distante du lodge, luxueuse et surtout pensée pour les voyages de noces, a été ajoutée en 2008.

sandriv

sandriversSelous Sand Rivers vu de la Rufiji
selous4382selous4382selous4385sandci
                                           notre banda, largement ouverte sur l'extérieur, ciel de lit et salle de bain (l'eau même réglée "froide" est toujours chaude)
selous4181table d'hôte de Selous Sand Rivers (la cuisine est excellente)
selous4182Sand Rivers côté bibliothèque salon (toutes les consommations sont comprises dans le prix du séjour)
selous1010090la Rufiji vue du mess
selous4569la piscine au coucher du soleil avec vue sur la Rufiji

Les plus de Sand Rivers (site du lodge)

Personnel souriant et aimable (OK, en Afrique, c'est loin d'être une rareté, Dieu soit louée car dans sa grande bonté, Elle a peuplé la Tanzanie avec des sujets d'élite !)
Position sur le fleuve surlecutante
Bandas agréables, aérées (faut ça, en janvier c'est canicule tous les jours dans le Selous GR/Nyerere NP)
Chauffeurs guides compétents (OK, en Afrique,c 'est loin d'être une rareté, Dieu soit louée car dans sa grande bonté Elle a peuplé la Tanzanie avec des sujets d'élite ! Ah, vous le saviez déjà ? On vous en avait causé ? Bah, bis repetita placent, non ?),
Bonne organisation des anniversaires, 2 groupes de lycaons rien que pour moi, à défaut de crêpes, mais j'ai bon coeur j'ai partagé avec ma blonde (ça aurait été des crêpes, là, je sais pas si...)
Promenades sur la Rufiji bien rodées, martins-pêcheurs géants quasi à demeure
Nourriture agréable, boissons à volonté,
Piscine bien venue (faut ça, en janvier c'est canicule tous les jours dans le Selous GR/Nyerere NP ! Ah, vous le saviez déjà ? On vous en avait causé ? Bah, bis et ter repetita placent, non ?)
Bushbabies commensaux conviviaux
Électricité 24H/24

Les moins

Gin tonic un peu mou (je plaisante)
Directeurs semblant un peu réservés au départ avec le pauvre non anglophone que je suis (car je suis non anglophone pratiquant, Dieu me parfume !) , mais tout à fait charmants une fois la glace rompue.
Pas d'eau froide pour la douche ! Elle est chauffée dans les canalisations et même de bonne heure coule tiède chaud
Pas de boutique pour rapporter un bon tee-shirt selousien !
Que du bon en résumé donc ! Recommandé 9/10 !

Autres hébergements

Rufiji River Camp

Le Rufiji River Camp appartient à la famille Fox et est géré avec sa rigueur habituelle. Ici, tout est réglé, surveillé, chapeauté, les recettes de cuisine sont celles de Madame Fox et il n'est pas question de s'en éloigner d'une pincée de sel ou de sucre. Et elles sont excellentes, alors...
L'hébergement est nettement moins luxueux qu'à Sand Rivers. Et surtout moins intime, sauf si l'on demande la faveur (payante...) d'un Fly Camp, camp privé. Un Fly Camp, c'est un camp non permanent très rustique avec WC et douche de brousse. Une expérience très recommandable. La piscine a une moins belle vue qu'à Sand Rivers où elle donne sur la Rufiji, mais, sous le large dais qui la couvre, elle est plus abritée des feuilles qui tombent et surtout des rayons de l'astre du ciel.
Les guides de Rufiji River Camp sont excellents, Haury et son fusil (il est habilité ranger) et Oscar ont un œil d'aigle, normal qu'ils ne ratent aucun piafou, même l'engoulevent mimétique tapi au sol à droite de la piste est repéré en roulant.

Selous Safari Camp
P. O. Box 1192, Dar es Salaam
Tel (+51) 28485 or 35638
Fax (+51) 46988
Telex 81016

Stiegler's Gorge Camp
P. O. Box 9320, Dar es Salaam
Tel (+51) 48724
Telex (+51) 48724
Telex. (+51) 41135

 Mbuyu Safari Camp
P. O. Box (+51)31957/32671
Fax (+51) 38758
Telex 41178

Rufiji River Camp
P. O. Box 20058,
Dar es Salaam, Tanzania

Sand Rivers Selous Nomad Safari
P. O. Box 70192,
Dar es Salaam, Tanzania
Tel (+51) 46862Fax (+51) 46863Telex (+51) 41135

Le point de vue de l'ambassade :

ambassLe Selous GR est probablement la plus grande réserve d'Afrique. La réserve tient son nom d'un célèbre capitaine anglais, Frederick Courtney Selous. Il a été enterré dans le parc après sa mort en 1917. Cette réserve abrite le plus grand troupeau d'éléphants, les plus belles antilopes et une diversité d'oiseaux et de reptiles. Le Selous est une réserve unique et la plus « naturelle » des réserves.

Meilleure période de juin à février (de Dar Es Salam, compter 7 heures de route ou 35 mn de vol en charter).

Les bonnes lectures sur (ou dans ?) le Selous GR/Nyerere NP,à lire avant (pendant ?) et après

Selous game reserve Rolf D. Baldus, Ludwig Siege, Javed Jafferji Gallery Travel Guide The Gallery Publications Zanzibar 2005 128 pages 20 $ Javed Jafferji illustre ce petit guide de superbes photos qui rendent bien justice à la beauté de la réserve et de ses occupants. On y apprend l'histoire du lion Oussama qui a mangé entre août 2003 et avril 2004 une trentaine de personnes dans les villages en bordure du camp, avec un mode de chasse original : il sautait la nuit sur le toit des cases et passait à travers, il n'avait plus ensuite qu'à cueillir les occupants ensommeillés et affolés... Il en tua ainsi 32 et fit encore trois victimes de plus au cours de la traque qui lui fut donnée. C'était un jeune lion en pleine forme avec juste un problème de dents et qui avait trouvé cette solution de facilité...

SELOUS GAME RESERVE A guide to the northern sector Rolf D. Baldus Dessins de Ginnar Petersson Anne Outwater et Jomo Kitundi Petit opuscule de 63 pages 

selous book2

SELOUS Tanzania Wildlife Division Ministry of Natural Resources and Tourism (Wildlife Division) Phyllis Johnson African Publishing Group Harare 2003 76 pagesselous book2 verso

Wild Heart of Africa The Selous Game Reserve in Tanzania Rolf D Baldus - Illustrations de Bodo Meier Un livre écrit par un fin connaisseur de la réserve.

selous book 6232

THE SELOUS IN AFRICA A LONG WAY FROM ANYWHERE Robert J. Ross (avec la participation de Rolf D. Baldus, Walter J. Rubber et Benson O. Kibonde  Superbement illustré, richement documenté, ce livre est indispensable à tout amoureux du Selous...

  Liens

Selous Game Reserve  il s'agit d'un site commercial mais je le cite car on peut y trouver de bons conseils

Selous sur le Tourist Board tanzanien

Projet Selous  de la Zoologische Gesellschaft Frankfurt

Le site du Dr Rolf D. Baldus  auteur d'ouvrages bien documentés et de contributions savantes sur le Selous GR (et sur Saadani NP)